Lundi 21 juin 2021

Ne pas être un empêcheur (Actes 11,1-18)


Lire le texte

La rencontre avec Corneille est la dernière grande action de Pierre. Désormais, c’est la mission de Paul auprès des païens qui occupera la première place. Après Joppé et Césarée, Pierre est de retour à Jérusalem, dans ce qu’il faut appeler l’Eglise première, formée de chrétiens issus du judaïsme. Il est vivement interpellé sur le fait qu’il est entré chez des païens et qu’il a mangé avec eux (v. 3). Il redit une ultime fois les événements. Les inflexions que Pierre donne au récit sont significatives. Corneille n’est plus désigné par son nom, mais comme un homme (v. 12). Façon de dire que ce qui s’est passé chez Corneille vaut pour les hommes et les femmes de partout. Pierre est entré chez Corneille pour dire des paroles de salut et pas pour disserter sur les interdits alimentaires (v. 14). Quand il rapporte la venue de l’Esprit, il souligne qu’il «est tombé sur eux comme il l’avait fait sur nous au commencement» (v. 15). Il cite les paroles de Jean-Baptiste sur le baptême dans l’Esprit saint (Luc 3,16). Pierre fait de son discours une démonstration théologique: Dieu était à l’œuvre dans cette rencontre pour offrir le salut à l’humanité entière. Juifs et non-juifs sont unis en Christ dans une même grâce. Comment Pierre aurait-il pu se mettre en travers du plan de Dieu (v. 17)? Ses auditeurs sont convaincus et reconnaissent que Dieu a offert aux nations païennes, comme à eux, la conversion qui mène à la vie.

Pierre Marguerat

Prière: Seigneur, comme Pierre j’aimerais ne pas me mettre en travers de tes plans. Fais de moi un facilitateur de vie et d’amour.  

Référence biblique : Actes des Apôtres 11, 1 - 18

Commentaire du 22.06.2021
Commentaire du 20.06.2021